• Une ville, la nuit

    La ville était un buvard
    Ses feux absorbaient le ciel
    Façades illuminées au travers des arbres
    Il suffisait d'une saccade de l'air dans les feuilles
    Et la lumière se froissait
    J'effritais la nuit entre les cils
    Ça faisait des miettes d'étoiles
    Maintenant c'est comme ça aussi
    Mais personne aujourd'hui n'habite plus ce poème

    9 décembre 2014

    « Le rêveLa neige de Noël »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :