• Tournesols

    J'écris les îles du matin,
    cette mer de brume en écharpe
    autour des sommets lumineux,
    j'écris les rivières de nuages,
    j'écris le vent.
     
    C'est comme si tu m' avais repris,
    tous ces bouquets offerts cueillis.
    C'est comme si tu avais pillé
    les souvenirs de nos fêtes,
    l'aube des Toujours, ma vie.
     
    Moi je te rends le diadème
    en pacotille de tes serments,
    les colifichets d'amourettes,
    des pendeloques aux oreillettes,
    tambour battant.
     
    Pardon, j'écris nos continents,
    nos désillusions démasquées
    mes ressentiments sans pudeur,
    c'est comme si je déshabillais
    ta solitude.
     
    J'imagine la vitre embuée,
    la vue sur la première gelée,
    l'odeur amère du poêle éteint,
    la vue sur les soleils fanés
    leurs pétales de soie froissée.   2010

    « Arythmie bluesLa pluie des mangues »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :