• Tag poésie

    Résultats pour la recherche du tag poésie :
  •  

    Lire la suite...

  • Oui je sais, j'ai perdu mes fenêtres d'éternité, mes fenêtres du jamais, j'ai perdu mon ciel. Les avions sabrent de lignes de fuite mon nouvel horizon. Oui je sais, j'ai perdu mes fenêtres d'essentiel. Le soleil ne traverse pas, il s'éteint sur mon abat-jour, mon abat-joie. Sur...

    Lire la suite...

  • Tu as brûlé tes elles au feu des artifices. Crépuscule de ton carnaval. Le masque tombe. Rideau.   J'ombre chinoise, je perdure.   2010

    Lire la suite...

  • Y a des gens qui marchent sur ma tête, et des lunes électriques fichées sur des poteaux. Des voitures se garent devant chez moi mais personne ne vient. D'ailleurs je n'ai plus un seul chien qui aboie. J'ai maintenant une clef pour ouvrir ou fermer mon accueil battant, mon...

    Lire la suite...

  • C'est le côté définitif qui désincarne cette maison. Où ne pas être l'étrangère? Ce n'est pas un retour que je vis, c'est un départ. Aigu. Absolu. Pourtant l'année était si blanche, dans cet ailleurs de poussière. On boit la vie et on s'aperçoit trop tard qu'on avait...

    Lire la suite...

  • La nuit était comme un miroir, le givre comme des étoiles. La maison n'était encore qu'une lumière posée sur le flanc de la montagne. Ce n'était qu'un point incandescent, comme le rougeoiement d'une cigarette. J'ai marché longtemps, sur le chemin seulement éclairé par l'éclat des...

    Lire la suite...

  • Il y a du sable dans le vent et du vent dans la lumière. C'est peut-être ça, ce tremblement devant les yeux. Comme des mirages brouillés vos visages qui tournent, et les pages s'envolent du cahier répertoire. La Tour de Babel désertée. Et c'est le ciel des fenêtres qui...

    Lire la suite...

  • Je me souviens de cette amitié Tchad qui préféra noyer dans le Chari le secret de son ventre d'enfant-femme. Je me souviens de la route Léon M'ba et de ce chien qui a traversé, cet amour aux 15 ans solaires achevés là. Je me souviens Maya- Maya qui emportaient nos serments,...

    Lire la suite...

  • L'instant où bascule la nuit, aube grise et moite, quand un voile de chauve-souris rabat un pan de ciel froissé sur le soleil des papayes.   1992

    Lire la suite...

  •   L'eau de là   Un soleil minéral au plus silence de l'aube Une eau de brume à peine froissée Y noyer les yeux comme un vertige à contre-torrent Abandonner   1987

    Lire la suite...