• Ce hier déjà
    Cet hiver escarpé que tu habites encore
    Comme on habite un naufrage
    J'aimerais être sable
    Y fourmilleraient tes fissures secrètes
    Tes petites peines                    lourdes
    Tes pensées râpeuses
    J'aimerais être sable
    Le buvard absorbant de ton silence
    Et comme évaporées        dessous les vagues
    Dessous leurs langues
    S'effaceraient tous les écueils
    Tous ces pas                 qui te crochent-pattes
    J'aimerais être sable
    Jusqu'à rendre illisible
    La trace des soleils noirs
    Demain serait rivage
    Apaisé
    Linéaire
     
     
     
    29 octobre 2013
     

    Texte paru au CAPITAL DES MOTS  

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Musique de René Aubry : Courant d'air

    Accrocher un verbe bleu aux phrases du vent
    Ce pointillé de brise qui pétille
    Rouge bruisse un feu de sumac
    Un jardin de soleils aux rires égrainés
    Des anneaux chevillés
    A l'âme
    D'un éboulis contenu
    Arrimer en pays d'automne
    Mémoire estampillée
    Comme un sticker collé au front des vitres
    Faire le plein de Nous
    Pour jamais ce manque de ciel

     

    Pour Valérie

    22 octobre 2013

     

    Paru au CAPITAL DES MOTS

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Dimanche de septembre soir
    Pas d'issues à ce paysage
    Comme s'il coulait un sang atone
    De mon encrier de brouillard
    Plus de message à délivrer
    Circulez, y a rien à voir
    La ville a verrouillé l'été
    Dimanche de septembre feu
    Mortes, les feuilles de mon cahier
    Des papiers, de ratures noircis
    Et des pages blanches froissées
    Plus de message à délivrer
    Circulez, y a rien à dire
    La ville a verrouillé les mots
    Dimanche de septembre pluie
    Aveugles, les vitres embuées
    Eteintes, les flaques des trottoirs
    Muette, l'eau de leurs reflets
    Plus de message à délivrer
    Circulez, y a rien à filmer
    La ville a verrouillé les miroirs
    Dimanche de septembre nuit
    La trouée bleue d'un gyrophare
    Pulse à travers l'obscurité
    Les dernières mesures d'une vie
    Ce qu'elle m'a donné, je l’ai pris
    Y a plus rien sous les pavés
    Veines de bitume taries
    La ville a verrouillé mon histoire
     

    13 octobre 2013

     

     

    Musique de Michel Borla

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Dans l'encoignure de mes murs
    un crépuscule similaire
    au feu tout flamme
    contre-soir
    Il est des soleils rémanents
    dont la lumière indélébile
    longtemps affleure à la surface
    Un linteau vermoulu
    la photo répétée d'un sahel de dune
    où mon enfant trottait
    un genou, une hanche
    Pendus au bleu des poutres
    des chardons de poussière
    et le parfum fané
    d'une rose rouge
    sèche
     

    10 octobre 2013  

    Texte paru au CAPITAL DES MOTS    

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  •  

    Je découds le bord à bord
    Du bout du monde
    Et des saisons
    Bleu minéral de l'hiver
    Soleil abrupt en surplomb
    Velours côtelé des labours
    Horizon hachuré de pluie
    Aux andains de roches plissées
    Trame de vent
    Trame d'un temps effiloché
    Restent l'accueil d'un rivage
    Pruine de sel des galets
    Mémoire métisse taillée
    Dans l'à vif
    Et l'aboli
     

    24 septembre 2013  

    Texte paru au CAPITAL DES MOTS

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique