• Le pont

    Ce plus ailleurs encore qui efface mes pas
    Le coeur qui bat en brèche
    Colmater
    Fissures diluées l'amour amor à mort
    Une brume renouvelée
    Chaque fois dissipée dans les limbes de l'aube
    Partir c'est mourir et renaitre plus loin
    Au delà de ce pont je ne vois pas la rive
    Je ne la rêve plus
    Je resterai empreinte de passages oubliés
    Comme dépossédée de tout ce qui nous lie
    Ce plus ailleurs encore qui efface mes pas

     

    Juin 2011

     

    « L'état d'espritLes croustilles »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :