• La désenclave

    Comme si une sorte de nuit
    Montait du long des berges
    Dérives de brumes anciennes, tenaces
    Verticales
    Chaque instant se figeait comme une saignée de neige
    Une coulée d'hiver
    Le torrent immobile sous la pensée gelée

    Puis s'ouvrait une brèche, une vague libérée
    Une voie d'eau écrite dans la carène usée
    Des peurs désuètes
    Peut-être
    Une veine d'aube enfin
    Lune cadenassée, faire sauter le verrou
    L'hiver désenclavé

        28 février 2012

    « Ce que je sais le mieux non-direLa solitude des alouettes »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :