• Il est tard tôt

    De la rouille déjà au flanc d'une carène
    Patiemment sabordée, trace subliminale
    Alhen sur le sable et l'eau prémonitoire
    A la première marée tout allait s'effacer
    La poutre graffitée de la case de passage
    Messages recueillis d'amitiés absorbées
    Comme les mots disparaissent,
    Comme le temps les emporte !
    J'emploie mon temps à refaire surface
    Pas toujours, mais le jour
    Je parcours le sens unique des allées avenues
    Autant d'heures de gagnées à ne pas revenir
    J'abrège la mémoire des voix
    Et puis la nuit
    La nuit je gravite à l'intérieur de ma planète
    Ça tourne comme un tambour
    De machine à laver la joie
    Rien ne me retient
    Rien ne me délivre
    Prise dans le tissage bleu cuivre des filets
    Humaine géographie, la nuit
    Il est toujours trop tard
    Trop tôt

      Juillet 2011

    « Les croustillesAujourd'hui »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 20 Juillet 2015 à 12:49

    Quelle musique, mais quelle musique!!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :