• D'où viennent les images

    Une page de sirocco cette nuit s'est ouverte
    Un souffle à peine plus appuyé que le silence
    Un gouffre de sud dans la brèche
    Je n'invente rien
    Ocre, la neige au matin
    C'est comme ça que les mots suspendent à la mémoire
    Des chapardes d'images
    Des horizons noyés
    Des tempêtes éteintes

    La mer bat dans les tempes
    Un ressac de nuits et de jours et de nuits

    Lorsque le ciel arbore un soleil amarré à l'encre des orages
    Je ne sais plus alors à quel monde appartient
    L'aube ainsi convoquée
     

    3 février 2013  

    Texte paru au CAPITAL DES MOTS    

    « Nouvelles d'ici-bas Clin d'oeil »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Février 2015 à 14:20

    Que c'est beau, mais que c'est beau, putain que c'est beau!!

    2
    Vendredi 6 Février 2015 à 14:40

    Merci Bruno !

    3
    Tanguy
    Dimanche 7 Février 2016 à 20:54

    Comme Bruno, je dirais même plus : C'est vraiment beau !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :