• Australe

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Photo de Jacques Daviles-Estinès
     
    Un vent liquide houle
    Feuillette les champs de cannes
    Et quel que soit l'hiver
    C'est de la même eau d'ambre
    Que la lumière des blés au torrent de tes ciels
    Quelque chose pourtant est en train de se taire
    Un silence de pierre
    C'est lourd, c'est léger – je ne sais pas –
    C'est comme recueilli
     
     
    6 août 2014
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • Extérieur jour créole

     

     

     Extérieur jour

    Cités éclaboussées de fresques

    Couleurs sauvages

    Fleurs de temple au cordeau comme des psalmodies

    Dentelles de métal sous le toit des varangues

    Le brouillard a dressé un mur de ciel blanc

    Derrière les tamarins

    Je récite

    Les galets secs de la rivière

    Les oiseaux de l'aéroport

    Les récite par cœur pour ne pas oublier

     

    29 juillet 2014

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    4 commentaires
  • Chaque jour
    Un mot comme un pas
    J'écris : La bruyère rouge rampe
    A fleur de pierre
    Chaque jour
    Un mot comme un pas qui s'éloigne
    Les palmes de fougères écarquillent la brume
    Liseré d'horizon où tu te dissipes
    Je gratte alors
    Je gratte la cicatrice
    C'est un pas qui revient et ça ne fait pas mal
    J'écris : Matin de soie
    C'est un chemin de houle
    C'est un micro-climat
    Il pleut vif au soleil
     
    22 juillet 2014
    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • Les mots lâchés comme des cailloux
    Dans le puits béant de ta nuit
    Leurs ondes se propagent
    Encyclies de poème
    que les parois absorbent
    De la margelle où je me tiens
    C'est ce que je ne vois pas
     
    Un peu de ciel, il y aura bien
    L'eau à ma bouche
     
    5 juillet 2014
     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un jour                       peut-être
    les choses n'auront aucun écho
    Les rires des enfants seront des rires d'enfants
    ni plus ni moins
    leurs bruits d'eau dans l'été
    à jaillir
    J'étiolerai les ombres
    leur pendant de lumière
    Je serai oublieuse
    sans intention particulière d'oublier
     
    Nuit rectangle d'un velux
    – tout ce ciel déversé –
    La lune par-dessus toit
     
     
    J'aurai cessé de te retenir
     
     

    27 juin 2014

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique